Cookies help Arcadja providing its services: browsing the portal you accept their use.
I cookies aiutano Arcadja a fornire i suoi servizi: navigando nel portale ne accettate l'utilizzo.
Cookies disclosure/Informativa cookies

  • Art Auctions, Ventes aux Encheres Art, Kunstauctionen, Subastas Arte, Leilões de Arte, Аукционы искусства, Aste
  • Recherche
  • Services
  • Enrôlement
    • Enrôlement
  • Arcadja
  • Recherche auteur
  • Login

Peter Paul Rubens

Germany (Siegen 1577 -  Antwerp 1640 ) Wikipedia® : Peter Paul Rubens
RUBENS Peter Paul Madeleine Pénitente

VanDerKindere
21 mars 2017
Trouvez oeuvres d’art, rèsultats des ventes, prix des ventes et images de l’artiste Peter Paul Rubens dans les ventes aux enchères françaises et internationelles
Aller à la liste complète des prix des œuvres Alerte email

 

Variantes du nom de l'artiste :

Sir Peter Paul Rubens

Rubens

Rubens Petr Pavel

 

Dans le catalogue
2487

Quelques Oeuvres de Peter Paul Rubens

Extrait entre 2,487 œuvres dans le catalogue de Arcadja
Peter Paul Rubens - Sainte Marguerite

Peter Paul Rubens - Sainte Marguerite

Original
Estimation:

Prix :

Numéro de lot: 19
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Tableaux anciens Peter Paul Rubens (1577-1640) Sainte Marguerite Panneau de chêne, deux planches, non parqueté 33 x 45,7 cm Inscrit en haut S…m… Au dos une inscription ancienne sur le bord gauche : N°94 / PPR Petits manques. Œuvres en rapport : -​ Christian-Benjamin MÜLLER, Sainte Marguerite (dessin, Anvers, Stedelijk Prentencabinet) ; - Jacob de WIT : Sainte Marguerite (dessin, Londres, British Museum) ; - ​Jacob de WIT : Sainte Marguerite (dessin, Anvers, Stedelijk Prentencabinet) ; - ​Jacob de WIT: Sainte Marguerite (dessin, Londres, Courtauld Institute, collection Seilern) ; - ​Jan PUNT : Sainte Marguerite (gravure). Bibliographie sur le cycle de Rubens : -​John Rupert MARTIN : Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, Part 1: The ceiling paintings for the Jesuit church in Antwerp (Londres et New-York, 1968), (pour la Sainte Marguerite pp. 164-166); -​[Expo. British Museum, 1977] Rubens, drawings and sketches, Cat. Par John ROWLANDS, pp. 105-108; -​Julius S. HELD: The oil sketches of Peter Paul Rubens, a Critical Catalogue, Vol. 1 (Princeton, 1980), pp. 33-62; -​N. LANEYRIE-DAGEN: Rubens (Paris, 2003) pp. 174-183 ; -​Jacques FOUCART : Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du Musée du Louvre (Paris, 2009) pp. 241-242. Ce panneau, inédit, est l\’esquisse d\’une toile peinte pour l\’un des caissons du plafond de l\’église des jésuites d\’Anvers,devenue l\’église Saint-Charles-Borromée quand l\’ordre fut supprimé en 1773. Cet ensemble célèbre, disparu dans l\’incendie du 18 juillet 1718, est un jalon important de l\’art baroque aux Pays-Bas. Manifestant la puissance des jésuites, leur église reprend le modèle de la première église construite par cet ordre, celle du Gesù, conçue par saint Ignace lui-même et inaugurée à Rome en 1584. Pensé comme un outil au service de la Contre-Réforme, le bâtiment est une vaste nef flanquée d\’une succession d\’autels latéraux qui permettent les dévotions privées. L\’aménagement intérieur prévoit une chaire pour la prédication, un maître-autel surélevé pour magnifier la célébration de l\’eucharistie et une tribune pour l\’orgue. Rien n\’est trop beau pour glorifier Dieu et les revêtements de marbres colorés introduisent en Flandres un renouveau venu d\’Italie. Même avec le soutien des archiducs Albert et Isabelle, les jésuites rencontreront des difficultés à financer un tel monument. Rubens s\’implique complètement dans le construction de cette Église qui deviendra la plus grande des Flandres et, par sa magnificence, le fer de lance de l\’Eglise catholique dans son combat avec sa rivale protestante Il seconde ainsi l\’architecte pour le décor Sculpté. C\’est à lui, par exemple, que l\’on doit le motif des anges qui portent triomphalement le blason de l\’ordre au centre de la façade. Le plus grand des peintres anversois avait déjà peint en 1605 La transfiguration (toile, 407 x 670 cm, musée de Nancy) pour l\’église des jésuites à Mantoue et il a déjà livré deux grands retables à la gloire des fondateurs de l\’ordre pour le chœur de l\’église d\’Anvers: Les miracles d\’Ignace de Loyola et Les miracles de François-Xavier (toile, 535 x 395 cm, transférés à Vienne en 1773) quand il reçoit la commande du décor du plafond le 29 mars 1620. Ce jour-là, il passe contrat avec Jacques Tiry, supérieur de la Maison professe des Jésuites à Anvers, pour l\’exécution de trente-neuf peintures à enchâsser dans des caissons pour les plafonds de leur église à Anvers. S\’il est tenu d\’exécuter lui-même l\’ensemble des esquisses, ses élèves, dont van Dyck, peuvent travailler aux grands formats. Un paiement du 13 février 1621 laisse penser que ces peintures étaient toutes livrées à cette date, conformément aux termes du contrat. Rubens est donc disponible pour répondre à la demande de la cour de France qui lui commande, la même année, le décor des galeries du palais du Luxembourg à Paris pour Marie de Médicis. Quant Ignace de Loyola est canonisé en 1622, l\’église est prête pour de somptueuses célébrations. Le 18 juillet 1718, foudroyée, l\’église prend feu et le plafond part en cendres. Fort heureusement, l\’artiste allemand Jacob de Wit (1695-1754), de passage à Anvers en 1711-1712 avait copié trente-six des compositions de Rubens, n\’omettant que les trois peintures sous l\’orgue qui nous sont connues par la série complète des copies dessinées et gravées de Christian-Benjamin Müller (1690-1758). Cet artiste originaire de Dresde les avait réalisées en 1718 quelques mois avant l\’incendie. Des gravures de Johann Justin Preissler et Jan Punt gardent aussi la mémoire des compositions de Rubens. Les dix années que Rubens a passées au service du duc de Mantoue entre 1598 et 1608 lui ont permis d\’assimiler les inventions des maîtres italiens du XVIe siècle qu\’il reprend de manière éclatante dans ce chef-d\’œuvre d\’art baroque. Pour unifier des scènes insérées dans des compartiments ovales ou octogonaux, il adopte une même perspective pour l\’ensemble, projetant dans les cieux ses personnages qui évoluent dans les nuages. Le mouvement des drapés, le dynamisme des corps et le point de vue en contre-plongée sont alors avant-gardistes dans les Flandres Aux plafonds des collatéraux étaient représentés les pères de l\’Eglise latine, les pères de l\’Eglise grecque et des saintes martyres. A l\’entrée, sous l\’orgue, on voyait trois saints patrons des archiducs Albert et Isabelle. Au-dessus, à la tribune, bien éclairées par les fenêtres latérales, des scènes de l\’Ancien Testament alternaient avec des scènes du Nouveau Testament. Ce programme iconographique est conforme aux recommandations du Concile de Trente (1545-1563) qui a réaffirmé les fondements de la foi catholique, l\’importance, non seulement des textes bibliques mais aussi de ceux des Pères de l\’Eglise, l\’efficacité du culte des saints et en particulier de celui de la Vierge Marie Rubens s\’inspire des expériences italiennes du siècle précédent, notamment les compositions plafonnantes de Véronèse, Giulio Romano et Mantegna. Il projette les personnages vus d\’en dessous « da sotto », souvent en chute libre ou soutenus par des nuages. Les drapés bouffants, le dynamisme des corps appartiennent pleinement à l\’esthétique baroque. Les compartiments étaient alternativement ovales ou octogonaux. On connaissait jusqu\’à présent deux dessins et trente-trois esquisses peintes réalisés par Rubens auxquels nous pouvons maintenant ajouter cette Sainte Marguerite. Parmi celles-ci, sept sont peintes en grisaille et vingt-six en couleurs. Dans la liste des sujets à traiter annexée au contrat, il est mentionné, sous le n°18, « une Sainte Marguerite tenant une croix dans sa main et écrasant le dragon ». Ici, vêtue d\’une robe rouge dont l\’ampleur est accentuée par la perspective, sainte Marguerite est identifiable par ses attributs : le dragon et l\’agneau évoquent le triomphe de la sainte sur le Mal et la palme rappelle son martyre. Un diadème, qui se devine dans notre esquisse mais qui est bien visible dans le dessin de Müller, retient un voile blanc. La version définitive, une toile ovale, mesurait environ trois mètres sur quatre mètres vingt. Alors que sur la gravure Marguerite tient une croix, nous la voyons ici avec sa palme de martyre. Une hypothèse a été élaborée concernant la présence ou l\’absence des ailes du dragon dans les différentes représentations qui nous sont parvenues. Le dragon ailé, tel qu\’on l\’observe ici et dans le dessin de Müller, serait la première idée de Rubens. Celui de la toile définitive qui a brûlé, n'avait pas d\’ailes. C\’est d\’après cette composition que les deux dessins de De Wit (British Museum et Collection Count Seilern) et la gravure de Punt auraient été réalisés. A chaque coin, quatre zones triangulaires plus sombres que le reste du panneau témoignent de la forme octogonale que le peintre souhait donner à la peinture définitive. Il changea finalement d\’avis pour une forme ovale. La même variante est visible dans l\’esquisse de la Sainte Barbe, conservée à Dulwich. Liste des modelli semblables au notre et dimensions à peu près comparables : La liste suivante est tirée de Rupert Martin, Corpus Rubenianum, 1968, Part 1: The ceiling paintings for the Jesuit church in Antwerp. Les numéros entre parenthèses font également référence à l\’ouvrage. Galerie du Nord : 1/ Saint Michel terrassant les anges rebelles, modello (N.1a), huile sur bois, 46,8/47,2 x 52,4/53 cm, Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts ; 2/ La Nativité, modello (N.2a), huile sur bois, 32 x 47,5 cm, Vienne, Akademie der bildenden Kunste ; 3/ Solomon et la reine de Saba, modello (N.3a), huile sur bois, 40,5 x 46,1 cm, Londres, Courtauld Institute of Art ; Adoration des bergers, modello probablement perdu David et Goliath, modello probablement perdu 4/ La tentation du Christ, modello (N.6a), huile sur bois, 34 x 32 cm, Londres, Courtauld Institute of Art 5/ Abraham et Melchisedek, modello (N.7b), huile sur bois, 48 x 64 cm, Paris, Musée du Louvre 6/ La Cène, modello (N.8a), huile sur bois, 43,8 x 44,1 cm, Seattle Art Museum, Kress Collection Moïse priant entre Aaron et Hur, (modello probablement perdu) Galerie du Sud : 7/ L\’érection de la croix, modello (N. 10b.), huile sur bois, 33 x 48 cm, Paris, Musée du Louvre ; 8/ The sacrifice of Isaac, modello (N.11a.), huile sur bois, 50 x 65 cm, Paris, Musée du Louvre ; La résurrection du Christ (N.12), pas de modello connu ; Le triomphe de Joseph en Egypte (N. 13), modelloprobablement perdu ; 9/ L\’ascension de Christ, modello (N.14b), huile sur bois, 32 x 33 cm, Vienne, Akademie der bildenden Küste ; 10/ Elie dans le char de feu, modello (N.15a), huile sur bois, 32,5 x 44 cm, Collection particulière ; L\’Assomption de la Vierge (N.16), modello probablement perdu ; 11/ Esther et Assuérus, modello préliminaire (N.17a), huile sur bois, 49x56, 5, Vienne, Akedemie der bildenden Küste ; modello (N.17b), huile sur bois, 48,8 x 47 cm, Londres, Courtauld Institute of Art ; 12/ Le couronnement de la Vierge, modello préliminaire (N.18a), huile sur bois, 46x62 cm, Londres, Courtauld Institute of Art; modello (N.18c), huile sur bois, 38 x 48 cm, Paris, Musée du Louvre. Nef nord : 13/ St. Anasthase (N.19b), huile sur bois, 49,6 x 64,4 cm, Gotha, Schlossmuseum Saint Anne et la Vierge, modello probablement perdu (N.20) ; 14/ Saint Basile, modello (N.21a), huile sur bois, 50 x 64,8 cm Gotha, Schlossmuseum Sainte Marie-Madeleine, pas de modello connu ; Le nom de Jésus, pas de modello connu ; 15/ Sainte Cécile, modello (N.24b), huile sur bois, 27,7 x 42,7 cm, Vienne, Akademie der bildende Künste ; 16/ Grégoire de Naziance, modello (N. 25b), huile sur toile, 50 x 65 cm, Buffalo, Albright-Knox Art Gallery ; Sainte Catherine d\’Alexandrie, pas de modello connu ; Jean Chrysostome, pas de modello connu. Nef sud : 17/ Saint Jérôme, modello (28a), huile sur bois, 30 x 45,5 cm, Vienne, Akademie der bildenden Künste ; 18/ Le martyr de Sainte Lucie, modello (N.29b), huile sur bois, 30,5 x 46 cm, Quimper, Musée de Beaux-Arts ; 19/ Sainte Augustine, modello (N.30a), huile sur bois, 48 x 62 cm, Zurich, Fondation E.G. Bührle ; 20/ Sainte Barbara, modello (N.31b), huile sur bois, 32 x 45,7 cm, Dulwich, Dulwich Picture Gallery Le nom de Marie, modello non connu Sainte Marguerite, ici décrite. Saint Ambroise, modello non connu ; Le Martyre de Sainte Eugénie, modello probablement perdu ; 21/Saint Grégoire le Grand adorant la Vierge, modello(N.36a), huile sur bois, 43,5 x 33 cm (fragment), London, Courtauld Institute of Art Sous l\’orgue : Sainte Elizabeth d\’Hongrie, modello probablement perdu ; 22/ Saint Albert de Louvain, modello (N.38a), huile sur bois, 34,9 x 46 cm, Chicago, Art Institute Chicago ; 23/ Sainte Claire d\’Assise, modello (N.39b), huile sur bois, 28 x 36,5, Anvers, Rubenshuis. Modelli pour les toiles jamais réalisées : 24/ Adam et Eve chassés du paradis, modello (N.40 Ia), huile sur bois, 49 x 65,6 cm, Prague, Narodni Galerie ; 25/ L\’annonciation, modello (40 IIb), huile sur bois, 32 x 44 cm, Vienne, Akademie der bildenden Künste ; La descente du Saint-Esprit, modello non connu ; Le sacrifice de Noé, modello perdu. Nous remercions Monsieur Arnout Balis pour nous avoir confirmé le caractère autographe de notre tableau Lot visible au cabinet Turquin (69 rue Saint Anne 75002 Paris - 01 47 03 48 78 - stephane.pinta@turquin.fr) jusqu'au 26 Mars.
Peter Paul Rubens - Madeleine Pénitente

Peter Paul Rubens - Madeleine Pénitente

Original 1945
Estimation:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 366
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
RUBENS Pierre Paul (1577 - 1640)

Huile sur toile marouflée sur toile "Madeleine pénitente". D'après Pierre Paul Rubens. Ecole anversoise. XVIIème. (Copie d'époque d'un fragment d'un tableau de Rubens détruit lors de l'incendie du Kaiser Friedrich Museum de Berlin en 1945. Cat. n°763. Provenance: Collection André Christiaens à Aalst, Collection Beurms à Dendermonde et Collection Ramlot. Voir "Corpus Rubenanium Ludwig Burchard", pt8-2 (1973) pp.119-120, n°130, copie 3 et Rubenanium Antwerp documentatie, V17/Rubens Peter Paul). Dim.:177x112cm
Peter Paul Rubens - La Gallerie Du Palais Du Luxembourg Peinte Par Rubens, Dessinée Par Les Srs

Peter Paul Rubens - La Gallerie Du Palais Du Luxembourg Peinte Par Rubens, Dessinée Par Les Srs

Original
Estimation:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 83
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Subasta 817, Lote # 83 Rubens, Peter Paul. La Gallerie du Palais du Luxembourg Peinte par Rubens, Dessinée par les Srs. Nattier, et Gravée par les plus Illustres Graveurs du Temps. Dédiée au Roy. París: Duchange Graveur du Roy / Nattier Pointre de L´Academie Royale Au Fromenteau, 1708 - 1710. Siete grabados, 50.5 x 36 cm. Títulos: "Marie de Medicis sous l forme de Minerve Deebe des Arts", "La destinée de la Reine", "Henri IV delibere sur son futur mariage", "Le voyage de la Reine au Pont de Cé", "Le debarquement de la Reine au port de Marseille", "Le Roy part pour la guerre d' Allemagne", "La Reine s'enfuit de la ville de Blois". Grabadores: J. Audran, Carol Simmoneau, G. Duchange, Cornellis Vermeulen, I. B. Masse, Lud. De Chastillon. Enmarcados. Piezas: 7. La obra "Gallerie du palais du Luxembourg" es una calcografía de las pinturas que realizó Rubens comisionado por María de Medici, fue realizada por los pintores Jean Marc y Jean Baptiste Nattier, consta de 25 grabados: el retrato de Rubens, los Grandes Duques de Toscana, Francisco y Juana de Austria y 22 grabados de la vida de María de Medici. Los cuadros originales actualmente se encuentran exhibidos en el Louvre
Peter Paul Rubens - La Gallerie Du Palais Du Luxembourg

Peter Paul Rubens - La Gallerie Du Palais Du Luxembourg

Original
Estimation:

Prix :

Numéro de lot: 8
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
RUBENS
La Gallerie du Palais du Luxembourg, peinte par Rubens, dessinée par les Srs Nattier et gravée par les plus illustres graveurs du temps, dédiée au Roy. A Paris, chez le Sr Duchange. 1710. Album In-folio (56x45 cm). Toile, XIXe siècle (salissures). Titre et avertissement, portrait de Rubens par Van Dyck et vingt et une gravures en premier tirage, illustrant la vie de la Reine, Marie de Médicis, sans les trois portraits allégoriques ajoutés à l'ouvrage. (quelques mouillures et piqûres marginales). Cette série de vingt et un tableaux est maintenant exposée au musée du Louvre, Paris.
Peter Paul Rubens - Portrait De La Reine Elisabeth D'espagne

Peter Paul Rubens - Portrait De La Reine Elisabeth D'espagne

Original
Estimation:

Prix :

Prix Brut
Numéro de lot: 147
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Ecole flamande du XVIIe siècle

D'après Pierre-Paul Rubens

Portrait de la reine Elisabeth d'Espagne

Huile sur toile, fragment

Sans cadre

h: 44 w: 37 cm

Commentaire : Reprise partielle du portrait de la reine par Pierre-Paul Rubens conservé à Saint-Pétersbourg au musée de l'Ermitage.


Arcadja Logo
Ventes aux enchères
Artistes
Maisons de Ventes
Calendrier
Services
Abonnement
Publicité
Sponsored Auctions
Abonnement

Arcadja
Notre Produit
Follow Arcadja on Facebook
Follow Arcadja on Twitter
Follow Arcadja on Google+
Follow Arcadja on Pinterest
Follow Arcadja on Tumblr