Cookies help Arcadja providing its services: browsing the portal you accept their use.
I cookies aiutano Arcadja a fornire i suoi servizi: navigando nel portale ne accettate l'utilizzo.
Cookies disclosure/Informativa cookies

  • Art Auctions, Ventes aux Encheres Art, Kunstauctionen, Subastas Arte, Leilões de Arte, Аукционы искусства, Aste
  • Recherche
  • Services
  • Enrôlement
    • Enrôlement
  • Arcadja
  • Recherche auteur
  • Login

Giovanni Martinelli

(1600 -  1659 )
MARTINELLI Giovanni Roses, Foxgloves, Peonies, Carnations And Lilies, In A Majolica Vase

Palais Dorotheum
30 avr. 2019
Trouvez oeuvres d’art, rèsultats des ventes, prix des ventes et images de l’artiste Giovanni Martinelli dans les ventes aux enchères françaises et internationelles
Aller à la liste complète des prix des œuvres Alerte email
Les clients ayant consulté Giovanni Martinelli ont également consulté :
Peter Nason, Pieter Ii Neefs, Flaminio Torri, Francesco Codino, Giuseppe Recco, Joost Cornelisz Droochsloot, David Vinckboons
Dans le catalogue
78

Quelques Oeuvres de Giovanni Martinelli

Extrait entre 78 œuvres dans le catalogue de Arcadja
Giovanni Martinelli - La Charité Romaine

Giovanni Martinelli - La Charité Romaine

Original -
Estimation:

Prix :

Vente aux Enchères: Lafon -22 févr. 2013 - Paris
Numéro de lot: 105
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Giovanni MARTINELLI (Montevarchi 1600/1604 - Florence 1659)

La Charité Romaine

Toile d'origine

129 cm x 146 cm

Provenance : collection privée, Naples

Bibliographie de référence :

- M. Gregori, Mostra dei tesori segreti delle case fiorentine, catalogue de l'exposition, Firenze, 1960, p. 46.

- M. Gregori, 70 pitture e sculture del '600 e '700 fiorentino, catalogue de l'exposition, Firenze 1965, pp. 17, 51.

- G. Cantelli, Repertorio della pittura fiorentina del Seicento, Fiesole, 1983.

- Il Seicento fiorentino. Arte a Firenze da Ferdinando I a Cosimo III. Pittura, catalogue de l'exposition, Firenze, 1986.

- Giovanni Martinelli da Montevarchi pittore in Firenze, a cura di L. Canonici, Firenze, 2011.

- Giovanni Martinelli pittore di Montevarchi, maestro del Seicento fiorentino, catalogue de l'exposition, Firenze, 2011.

Pendant de nombreuses années, une aura de mystère a enveloppé ce tableau passionnant avant que la critique la plus récente ne l'attribue complètement à la main du rare peintre toscan Giovanni Martinelli.

Le Professeur Sandro Bellesi, qui en a fait l'expertise, parle d' une importante contribution à son catalogue .

Selon une tradition ancienne, ce tableau était considéré comme une œuvre d'Artemisia Gentileschi.

Seule la restauration de la toile a permis d'ôter le doute sur l'attribution.

L'oeuvre et le nom de Giovanni Martinelli sont réapparus sur le devant de la scène de l'art du Seicento à Florence, dans les années 1950 quand la critique a commencé à publier des articles sur lui et jusqu'à la première exposition monographique du peintre en 2011.

Après l'apprentissage dans l'atelier de Jacopo Ligozzi à Florence, durant les années 1620, Martinelli approfondit ses recherches picturales lors de son séjour romain qui le met en contact avec les nouveautés post-caravagesques d'Orazio et Artemisia Gentileschi, Simon Vouet et Massimo Stanzione.

A son retour à Florence, Martinelli fond les exemples de ces maîtres romains dans le style plus sensuel et chaud de Francesco Furini.

Les sources rappellent l'inscription du peintre à l'Académie florentine du dessin en 1636, quand il était déjà un peintre très apprécié.

Dans les années 1640, ses tableaux chantent l'allégorie morale, un genre alors très en vogue en Toscane.

Le style de Martinelli se dote alors d'une structure large et d'une facture plus enlevée et picturale, signes de sa capacité à faire siennes les premières manifestations du Baroque (d'après l'expertise de Mina Gregori).

Mais Martinelli regarde aussi vers Simon Vouet à qui il emprunte le rendu très exact de la lumière et la consistance sculpturale de ses drapés.

Au milieu du siècle, son style se fait encore plus libre et pictural, en accentuant le rendement plus nuancé des surfaces (comme dans les peintures de Cecco Bravo) et en choisissant les tons chauds de la lumière typique d'Artemisia.

C'est à ce moment de la maturité que cette large toile que nous présentons ici, appartient.

Elle représente le célèbre sujet de la Charité Romaine, connu depuis l'Antiquité et qui se trouve réinvesti durant le XVIIème siècle comme l'exemple suprême de la piété filiale.

Un homme âgé, du nom de Cimon, attendant sa condamnation à mort dans sa prison, est privé de nourriture.

Il survit grâce au lait que sa fille Pero lui donne quotidiennement de son propre sein.

Le sujet permet aux peintres de traduire une morale au contenu sérieux dans une représentation sensuelle, voire ouvertement érotique.

Notre toile semble miser davantage sur l'aspect théâtral de l'événement.

Le premier plan fixe l'action des deux personnages principaux, vigoureux et sculpturaux, sur un fond architectural en partie caché par l'obscurité, comme dans un instantané photographique.

Une image révélatrice de la puissance iconographique du tableau, dans une mise en scène très étudiée, comme s'il s'agissait d'un moment fixé pour l'éternité.

Au naturalisme sincère de Caravage, qui aborda le même sujet dans les Sept Oeuvres de Miséricorde (Naples, église Pio Monte della Misericordia), Martinelli préfère la persuasion directe et le raffinement.

Le regard du spectateur se déplace du clair-obscur des formes généreuses de la fille au noble profil du père, jusqu'au très beau voile vaporeux qui enveloppe le corps féminin comme dans un nuage de couleur frétillante et rapidement exécutée.

Nous pouvons rapprocher ce tableau de quelques-unes des demi-figures exécutées par Martinelli durant la même période, comme La mort à la table du vieil avare (collection privée), dans laquelle le profil du protagoniste est très semblable à celui de Cimon, Sainte Agathe visitée en prison par Saint Pierre (Giovanni Pratesi) et l'Allégorie de la Musique de la Galerie Corsini de Florence, dans laquelle le traitement des tissus est identique.

Notre Charité Romaine se rapproche de ces tableaux d'un point de vue stylistique, mais aussi d'un point de vue du sujet et de la composition.

Ce sont souvent des femmes qui occupent la toile par leur force, très proches du spectateur, représentées sur un fond neutre et sombre éclairé seulement par une lumière qui vient du ciel.

Ce tableau a fait l'objet des expertises des Professeurs Mina Gregori et Sandro Bellesi.

Il sera, d'ailleurs, prochainement publié par le Professeur Sandro Bellesi.
Giovanni Martinelli - The Holy Family

Giovanni Martinelli - The Holy Family

Original
Estimation:

Prix :

Numéro de lot: 120
D'autres OEUVRES aux enchères
Giovanni Martinelli - #places

Giovanni Martinelli - #places

Original 2016
Estimation:

Prix :

Prix Brut
Vente aux Enchères: Finarte -31 mai 2017 - Milan
Numéro de lot: 184
D'autres OEUVRES aux enchères
Arcadja Logo
Ventes aux enchères
Artistes
Maisons de Ventes
Calendrier
Services
Abonnement
Publicité
Sponsored Auctions
Abonnement

Arcadja
Notre Produit
Follow Arcadja on Facebook
Follow Arcadja on Twitter
Follow Arcadja on Google+
Follow Arcadja on Pinterest
Follow Arcadja on Tumblr