Cookies help Arcadja providing its services: browsing the portal you accept their use.
I cookies aiutano Arcadja a fornire i suoi servizi: navigando nel portale ne accettate l'utilizzo.
Cookies disclosure/Informativa cookies

  • Art Auctions, Ventes aux Encheres Art, Kunstauctionen, Subastas Arte, Leilões de Arte, Аукционы искусства, Aste
  • Recherche
  • Services
  • Enrôlement
    • Enrôlement
  • Arcadja
  • Recherche auteur
  • Login

Theodore Gericault

France (1791 -  1824 ) Wikipedia® : Theodore Gericault
GERICAULT Theodore Horses Going To A Fair

Ferri
23 nov. 2018
Trouvez oeuvres d’art, rèsultats des ventes, prix des ventes et images de l’artiste Theodore Gericault dans les ventes aux enchères françaises et internationelles
Aller à la liste complète des prix des œuvres Alerte email

 

Variantes du nom de l'artiste :

Jean-Louis-André-Théodore Géricault

Gericault, Theodore

Jean-Louis-Andr-Thodore Gricault

 

Dans le catalogue
537

Quelques Oeuvres de Theodore Gericault

Extrait entre 537 œuvres dans le catalogue de Arcadja
Theodore Gericault - L\’enlèvement De Proserpine Par Pluton

Theodore Gericault - L\’enlèvement De Proserpine Par Pluton

Original
Estimation:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 183
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Théodore Géricault (1791-1824) « L\’Enlèvement de Proserpine par Pluton » Vers 1812-1814 Pierre noire, plume et encre brune et lavis de gris sur papier vergé (trace d\’un filigrane) 15 x 23, 5 cm. Marque de la collection « POD » (Pierre-Olivier Dubaut), en bas à droite (Lugt : L. 2103b). Petit manque en haut à gauche. Provenance : - Paris, Pierre-Olivier Dubaut (1886-1968), peintre et collectionneur - Paris, Maxime Dubaut (1920-1991), peintre - Paris, collection Jacqueline Dubaut-Bellonte (1926-2012), galeriste - Par héritage à ses trois enfants. - Gravures anciennes […], dessins anciens & XIXe, tableaux anciens & XIXe, Blanchet & Associés, Pierre Blanchet & Aurore Pommery, commissairespriseurs, Cabinet de Bayser, expert pour les dessins anciens , Patrice Dubois, expert pour les tableaux anciens et XIXe, Paris, Hôtel Drouot, salle n° 10, 6 juin 2016, n° 31, repr. coul : « Dessins anciens & XIXe/ École française Néo-classique/Fin du XVIIIe – début du XIXe siècle/ L\’Enlèvement de Proserpine/ Pierre noire, plume, encre brune et lavis de gris/ Marque en bas à droite de la collection Pierre-Olivier Dubaut (L.2103b)/15 x 23,5 cm./ Cadre ancien en bois sculpté et doré/ ». Authenticité : Cette oeuvre sera incluse dans le Catalogue raisonné des dessins inédits et retrouvés de Théodore Géricault, actuellement en préparation par M. Bruno Chenique. * * * Ce beau dessin plein d\’énergie, de l\’ancienne collection Pierre Dubaut, grand collectionneur de Géricault et organisateur, en 1924, avec le duc de Trévise, de la première exposition consacrée au peintre du Radeau de la Méduse, s\’inscrit très probablement dans un cycle d\’oeuvres réalisées entre 1812 et 1814, époque à laquelle Théodore Géricault explorera des sujets mythologiques en leur donnant une force évidemment tragique et romantique (fig. 1). Le groupe principal, mais encore les deux chevaux vus par la croupe, s\’inspire à l\’évidence du socle circulaire du célèbre groupe en marbre de François Girardon (en collaboration avec Robert le Lorrain), L\’Enlèvement de Proserpine par Pluton, conservé à Versailles et daté de 1699. Cette audacieuse composition s\’inspirait de deux passages du livre V des Métamorphoses d\’Ovide : l\’épisode de l\’enlèvement proprement dit et la vaine opposition de la nymphe Cyrané à l\’entreprise de Pluton (fig. 2). On retrouve ces deux motifs dans le dessin de Géricault mais avec quelques variantes qui ont pour effet de dramatiser encore un peu plus la scène : les deux mains de la nymphe Cyrané s\’accrochent à la robe de Proserpine (et non au drapé de Pluton, dans l\’oeuvre de Girardon). La victime dessinée par Géricault lève encore les deux bras au ciel et rejette son corps en arrière quand celle de Girardon, dans son malheur, répondait aux règles de la grandeur calme. Comme à son habitude enfin, Géricault campe un cheval qui se retourne vers le spectateur et semble le prendre à témoin. Face à cette scène de rapt, son calme, voire son indifférence sont à comparer, à l\’autre extrémité de la composition, avec l\’attitude déjà résignée d\’une nymphe compatissante. Le groupe de Girardon se trouvait encore, à l\’époque de Géricault, dans le parc du château où le jeune artiste avait tout loisir de se rendre pour l\’examiner en détail puisqu\’il séjournait alors fréquemment chez son oncle et sa tante, au château du Chesnay1. A cette époque, l\’intérêt de Géricault pour la sculpture était déjà manifeste et, bientôt, il allait réaliser son fameux groupe en pierre, Nymphe et Satyre, que conserve le musée des Beaux-Arts de Rouen. Ce dessin de Théodore Géricault, inspiré du célèbre groupe de Girardon, s\’inscrit donc, de toute évidence, dans les tous premiers dessins de cette série magistrale consacrée au rapt et au viol2. Terminons en signalant qu\’il existe de nombreuses scènes tragiques de Géricault, traitées à l\’antique, qui peuvent être comparées à cette Enlèvement de Proserpine par Pluton, et notamment ceux, à la plume et au lavis de brun, du célèbre Carnet Zoubaloff que conserve le musée du Louvre (dont les oeuvres datent des années 1812-1814), ou bien encore aux dessins de Samson et Dalila3. Illustrations : - Fig. 1. Théodore Géricault, L\’Enlèvement de Proserpine par Pluton, vers 1812- 1814, pierre noire, plume et encre brune et lavis de gris, 15 x 23, 5 cm. - Fig. 2. François Girardon, Socle circulaire du groupe en marbre L\’Enlèvement de Proserpine par Pluton, 1699, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. 1 Michel Le Pesant, « Documents inédits sur Géricault », Revue de l\’Art, n° 31, 1976, pp. 73-81 , Denis Michel-Dansac, « Le visage retrouvé d\’Alexandrine- Modeste Caruel de Saint-Martin », Revue de l\’histoire de Versailles et des Yvelines, t. LXXXIV, 2000, pp. 21-34. 2 Régis Michel, « 1817. Géricault ou le coït sadique », catalogue de l\’exposition Posséder et détruire. Stratégies sexuelles dans l\’art d\’Occident, Paris, musée du Louvre, 10 avril – 10 juillet 2000, pp. 126-143 , R. Michel, « Rome nécropole ou le cimetière des pulsions. Raptus, coïtus, impetus : Géricault dessinateur de l\’inconscient (1816-1817) » Zeichnen in Rom 1790-1830, sous la direction de Margret Stuffmann et Werner Busch, Cologne, 2001, pp. 210-231 , Régis Michel, « L\’Art du viol », Mouvements, n° 20, mars-avril 2002, pp. 90-91. 3 Germain Bazin, Théodore Géricault. Étude critique, documents et catalogue raisonné, t. II, L\’oeuvre, période de formation, Paris, Bibliothèque des arts, 1987, pp. 384-385, n° 180, repr , p. 385, n° 182, repr, pp. 503-504, n° 525, repr et n° 526, repr. Voir encore : Germain Bazin, Théodore Géricault.
Theodore Gericault - Horses Going To A Fair

Theodore Gericault - Horses Going To A Fair

Original 1821
Estimation:

Prix :

Prix Net
Vente aux Enchères: Ferri -23 nov. 2018 - Paris
Numéro de lot: 113
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Théodore GÉRICAULT (1791-1824) : Horses going to a fair, 1821. Lithographie originale. Très belle et rare épreuve de la série anglaise, sur vélin filigrané J. Whatman 1821. 363 x 519 mm. Delteil 32 Joint : Joker anglais, 1820. Lithographie originale (D. 22). 220 x 355 mm. (Mouillures, plis et inf. déch. marg.). Ens. 2 pièces.
Theodore Gericault - Garçon Donnant L'avoine À Un Cheval Dételé

Theodore Gericault - Garçon Donnant L'avoine À Un Cheval Dételé

Original 19th century
Estimation:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 57
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Théodore GÉRICAULT (Rouen, 1791 - Paris, 1824) Garçon donnant l'avoine à un cheval dételé Huile sur toile. 45,2 x 36,1 cm Historique: - Probablement vendu par le colonel Bro, pour le compte de Géricault, en 1823 à Jean Schickler (1798-1843). - Ancienne collection Fernand de Schickler (1835-1909). - Ancienne collection de Raoul Suchet, 3e duc d'Albufera. - Par descendance. Expositions: - 1824, Paris, Salon, n° 761 «Un enfant donnant à manger à un cheval». - 1924, Paris, Galerie Charpentier, Exposition Géricault, n° 204. Bibliographie: - A. Jal, L'artiste et le philosophe, Paris, 1824, p. 188. - «Beaux-Arts, Exposition de 1824» in L'Oriflamme, II, 1824, p. 83. - Revue critique du Salon de 1824, Paris, 1825, p. 104. - L. Batissier, Géricault, in Revue du XIXe siècle, s.d. (1842), p. 19. - Ch. Blanc, Histoire des peintres français au XIXe siècle, I, Paris, 1845, p. 12. - C. Clément, Catalogue de l'oeuvre de Géricault. Peintures in Gazette des Beaux-Arts, mai 1867, p. 466 et septembre 1867, n° 138 à M. Schickler. - Charles Clément, Géricault, étude biographique et critique avec le catalogue raisonné de l'oeuvre du maître. Paris, 1879. p. 313, n° 144: «Jeune garçon donnant à manger à un cheval dans une musette». Le garçon est coiffé d'une calotte rouge. Le cheval, brun, est tourné à gauche. On vient de le dételer, et on voit derrière lui la partie antérieure d'une charrette à deux roues avec les brancards levés. Ciel très obscur. La composition a beaucoup de rapport avec celle de la lithographie du même nom. A. M. Schickler. Hauteur: 44,5 cm - Largeur: 35 cm. p. 403, n° 83: «Jeune garçon donnant l'avoine dans une musette a un gros cheval dételé». Cette pièce en hauteur a été lithographiée par M. Volmar, d'après une peinture sur toile imprimée à la colle, faite dans une journée par Géricault et exposée après sa mort au Salon de 1824. Elle appartient aujourd'hui à M. Schickler. Géricault, del - Chez Gibaut, éditeur, Md d'Estampes, bd des italiens, n°5 - Lith. De Villain. Hauteur: 420 mm - Largeur: 333 mm. - L. Rosenthal, La peinture romantique, Paris, 1900, p. 321. - Duc de Trévise, Théodore Géricault in The Arts, octobre 1927, p. 199, reproduit. - Antonio del Guercio, Géricault, Milan, 1863, p. 114, 151, pl. 88 (la lithographie). - Ch. Clément, «Géricault etc» réimpression de l'édition définitive de 1879. Introduction et supplément par L. Eitner, Paris, 1973, p. 456, n° 144. - Ph. Grunchec, Tout l'oeuvre peint de Géricault, Milan, Paris, 1978, 1991 n° 212 reproduit et pl. LXII. - L. Eitner, Géricault, his Life and Work, London, 1983, p. 357, note 84. - G. Bazin, Théodore Géricault. Étude critique, documents et catalogue raisonné, Tome VII, Paris, 1997, pp. 179-180, n° 2433 et pp. 38, 46 et 48. OEuvres en rapport: - Un dessin de Géricault (Bazin n° 2434), pierre noire et aquarelle 8 x 6 cm. - La lithographie, exécutée en grande partie par Joseph Volmar (Delteil 89) (Bazin 2432). - Une copie, huile sur toile, 40 x 32 cm, collection Couvreur, puis duc de Bassano, vente Paris, 19-20 janvier 1882, n° 32. - Joseph Volmar, copie du tableau (60 x 49 cm), ancienne collection Moreau-Chaslon, vente Paris, 8 juin 1889, n° 77.
Theodore Gericault -  Deux Personnages Pour Le Radeau De La Méduse Et Une Croupe De Cheval

Theodore Gericault - Deux Personnages Pour Le Radeau De La Méduse Et Une Croupe De Cheval

Original
Estimation:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 244
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Théodore GERICAULT (Rouen 1791 - Paris 1824) * Deux personnages pour le Radeau de la Méduse et une croupe de cheval Crayon noir, plume et encre brune sur papier calque doublé. 20,5 x 32,5 cm. Petits trous: encre ferro-gallique. Provenance: vente anonyme, Charpentier, Paris, 10 décembre 1957, n°1 Ancienne collection Robert Lebel, Paris, vente Drouot, 23 novembre 1992, n°5, rep. Expositions: Géricault, Galerie Aubry, Paris 1964, n°73 Bibliographie: G. Bazin, " T.Géricault, catalogue raisonné ", Wildenstein. Institue, la bibliothèque des Arts Paris, 1994, T.VI, p.102, n°1933, rep.
Theodore Gericault -  Le Passage Du Mont St Bernard

Theodore Gericault - Le Passage Du Mont St Bernard

Original
Estimation:

Prix :

Vente aux Enchères: Tajan -29 mai 2018 - Paris
Numéro de lot: 96
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
THÉODORE GÉRICAULT (1791-1824) LE PASSAGE DU MONT ST BERNARD – TROMPETTE DE HUSSARD – OFFICIER D\’ARTILLERIE LÉGÈRE DE LA GARDE IMPÉRIALE – HEVAL NOIR ATTACHÉ À L'ÉCURIE – MAZEPPA. Lithographies sur vélin avec le nom de Villain, Motte ou Engelmann. D.44 jaunie est coupée au sujet et collée avec des pliures et taches, D.63 sur chine appliqué sur vélin à grandes marges un peu jaunie avec des rousseurs, petites déchirures et manques dans les bords, D.66 a de petites rousseurs, D.92 avec de petits manques en surface, rousseurs, quelques accidents, passe-partout appliqué sur les bords. D.94 quelques rousseurs, encadrée. Ensemble 5 planches. 345 x 410mm - 120 x 130mm - 170 x 180mm - 330 x 403mm - 208 x 159mm Delteil 44 (définitif), 63 (IIe/III), 66 (IIIe/IV), 92, 94 €
Arcadja Logo
Ventes aux enchères
Artistes
Maisons de Ventes
Calendrier
Services
Abonnement
Publicité
Sponsored Auctions
Abonnement

Arcadja
Notre Produit
Follow Arcadja on Facebook
Follow Arcadja on Twitter
Follow Arcadja on Google+
Follow Arcadja on Pinterest
Follow Arcadja on Tumblr