Cookies help Arcadja providing its services: browsing the portal you accept their use.
I cookies aiutano Arcadja a fornire i suoi servizi: navigando nel portale ne accettate l'utilizzo.
Cookies disclosure/Informativa cookies

  • Art Auctions, Ventes aux Encheres Art, Kunstauctionen, Subastas Arte, Leilões de Arte, Аукционы искусства, Aste
  • Recherche
  • Services
  • Enrôlement
    • Enrôlement
  • Arcadja
  • Recherche auteur
  • Login

Pieter Ii Brueghel

Belgium (1564 -  1637 ) Wikipedia® : Pieter Ii Brueghel
BRUEGHEL Pieter II Le Paiement De La Dîme

Artcurial | Briest - Poulain - F. Tajan
13 nov. 2013
Trouvez oeuvres d’art, rèsultats des ventes, prix des ventes et images de l’artiste Pieter Ii Brueghel dans les ventes aux enchères françaises et internationelles
Aller à la liste complète des prix des œuvres Alerte email

 

Variantes du nom de l'artiste :

Breughel Pieter Ii

Breughel Pierre Dit D'Enfer

Bruegel Pieter Ii

 

Dans le catalogue
383

Quelques Oeuvres de Pieter Ii Brueghel

Extrait entre 383 œuvres dans le catalogue de Arcadja
Pieter Ii Brueghel - Paysage D'hiver Avec Une Trappe Aux Oiseaux

Pieter Ii Brueghel - Paysage D'hiver Avec Une Trappe Aux Oiseaux

Original 1565
Estimation:
Prix de départ:

Prix :

Prix Net
Numéro de lot: 107
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Pieter Brueghel le Jeune Bruxelles 1564 - Anvers 1638 Paysage d'hiver avec une trappe aux oiseaux Huile sur panneau, doublé et parqueté (Restaurations) Winter landscape with a bird trap, oil on panel, by P. Brueghel the Younger h: 40,50 w: 55,50 cm Provenance : Acquis en 1956 par le père des actuels propriétaires ; Collection particulière, Paris Commentaire : La genèse de notre tableau est identique à celle de la plupart des compositions de la famille Brueghel : le génie créateur du père Pieter Brueghel l'Ancien élabore un riche éventail de compositions qui sera repris par ses deux fils Jan I et Pieter II, mais aussi par les autres membres cette grande famille. Le 'Paysage d'hiver à la trappe à oiseaux' est sans doute l'une des compositions les plus célèbres et donc répandue de la dynastie Brueghel. La version la plus souvent considérée comme l'original de Pieter Brueghel l'Ancien, datée de 1565, est aujourd'hui conservée au musée royal des Beaux-arts de Bruxelles1. La trappe à oiseaux qui s'apprête à tomber sous l'action de la corde tendue et tenue par une personne derrière la fenêtre située en bas à droite du tableau donne son titre à cette composition. L'artiste représente ainsi la brièveté de la vie que l'hiver n'a pas encore totalement condamnée. Avec le même esprit moralisateur, la rivière gelée ne s'est pas encore brisée et le froid laisse quelque répit aux villageois pour s'y divertir en patinant. Nombreux sont ceux qui ont interprété cette scène au regard de l'histoire. En effet, lorsqu'en 1565 le tableau de Bruxelles est peint, les Pays-Bas sont sous domination espagnole et la séparation entre les Provinces-Unies protestantes au Nord et les Pays-Bas catholiques au Sud n'aura lieu que quelques années plus tard en 1579. Devant le succès de la composition jusqu'au début du XVIIe siècle, certains ont analysé la trappe elle-même comme une allégorie de l'occupation et de la menace permanente du pouvoir espagnol, les petits oiseaux symbolisant quant à eux le peuple flamand autrefois libre aux heures glorieuses des villes libres au Moyen-Age et désormais sous la coupe des Habsbourg. La copie d'un certificat de Max Friedländer en date du 19 octobre 1956 sera remise à l'acquéreur. Nous remercions le Dr. Klaus Ertz de nous avoir confirmé l'authenticité de cette œuvre par un examen de visu. Un certificat en date du 29 janvier 2018 sera remis à l'acquéreur. 1. Huile sur panneau de chêne, signé et daté 'BRVEGEL / M.D.LXV' en bas à droite, 37 x 55,5 cm
Pieter Ii Brueghel - The Payment Of The Tithe Also Calledthe Peasants' Lawyer

Pieter Ii Brueghel - The Payment Of The Tithe Also Calledthe Peasants' Lawyer

Original
Estimation:

Prix :

Prix Brut
Numéro de lot: 135
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Pieter Brueghel le jeune
BRUXELLES 1564 - 1637/8ANVERS
LE PAIEMENT DE LA DÎME, DIT AUSSIL'AVOCAT DES PAYSANSPIETER BRUEGHEL THE YOUNGER; THE PAYMENT OF THE TITHE ALSO CALLEDTHE PEASANTS' LAWYER ; OIL ON PANEL
Huile sur panneau72 x 121 cm ; 10 5/8 by 47 5/8 in
Literature
Pieter Brueghel le jeune

BRUXELLES 1564 - 1637/8ANVERS

LE PAIEMENT DE LA DÎME, DIT AUSSIL'AVOCAT DES PAYSANSPIETER BRUEGHEL THE YOUNGER; THE PAYMENT OF THE TITHE ALSO CALLEDTHE PEASANTS' LAWYER ; OIL ON PANEL

Huile sur panneau72 x 121 cm ; 10 5/8 by 47 5/8 in
K. Ertz,
Pieter Brueghel der Jungere (1564-1637/38)
DieGemalde mit Kritischem Oeuvrekatalog, Lingen, 1988 / 2000, tome 1,cat E 464a*
CatalogueNote
Le tableau estaccompagné d'un certificat de Klaus Ertz daté du 26 février2001.Cette composition, parfois titrée
L\’\’\’\’avocat des paysans
,est un sujet très célèbre, qui connut un vif succès du vivant de l\’\’\’\’artiste. On en trouve ainsi plusieurs versions dans les collectionspubliques, en France (musée du Louvre, musée des Beaux-Arts deLille) mais aussi aux musées de Poznan et de Bruges.On y voit, dans une pièce étroite jonchée de papiers, un groupe depaysans se pressant devant le bureau d\’\’\’\’un notable au mentonproéminent et barbu. L\’\’\’\’un d\’\’\’\’entre eux est déjà en train de seconfier à lui, tandis qu\’\’\’\’au deuxième plan, un clerc s\’\’\’\’affaire àprendre des notes. Au fond de la pièce à gauche, un autre paysansemble entrer craintivement dans le cabinet, à moins qu\’\’\’\’il ne soiten train d\’\’\’\’en sortir.L\’\’\’\’intérêt de cette scène réside dans son aspect mystérieux : quiest l\’\’\’\’homme assis derrière son bureau à droite de la composition ?Si l\’\’\’\’hypothèse du collecteur d\’\’\’\’impôt est ordinairement évoquée,notamment du fait de la présence de denrées apportées par lespersonnages au centre de la composition ; il s\’\’\’\’agit plusvraisemblablement d\’\’\’\’un avocat rural. C\’\’\’\’est ce que semblentindiquer les amas de papiers reliés sur le bureau du notable etsuspendus dans des sacs de chanvre étiquetés tout autour de lui.Ces derniers en effet, ne sont pas sans rappeler les mémoires etpièces de procédure que l\’\’\’\’on trouve dans les archives de justicejusqu\’\’\’\’à la fin du XVIIIe siècle.L\’\’\’\’aspect caricatural des visages des protagonistes, le caractèreencombré de la scène, de même que le détachement du notable et lasoumission des paysans confèrent à cette scène une forte dimensionsatyrique, reflet d\’\’\’\’une vision critique de la justice et de lafonction d\’\’\’\’avocat.Si ce sujet connut une fortune remarquable à l\’\’\’\’époque de l\’\’\’\’artiste, il est possible que Brueghel n\’\’\’\’en soit pas l\’\’\’\’inventeuret qu\’\’\’\’il se soit inspiré d\’\’\’\’un prototype, très probablementfrançais. C\’\’\’\’est ce que tendent à prouver par exemple certainesinscriptions en français telles que « Almanach de grâce de Dieu »sur le document situé derrière l\’\’\’\’avocat. Cette hypothèse a étéémise pour la première fois par Jacqueline Folie lors d\’\’\’\’uneexposition monographique au musée Bonnefanten de Maastricht en1993. Toutefois celle-ci doit être appréhendée avec précautionpuisque le français était à cette époque la langue usuelle dans lesmilieux juridiques flamands.
Pieter Ii Brueghel - La Danse De Noces En Plein Air

Pieter Ii Brueghel - La Danse De Noces En Plein Air

Original 1624
Estimation:
Prix de départ:

Prix :

Prix Brut
Numéro de lot: 106
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Description:

Pieter Brueghel le Jeune

Bruxelles, vers 1564 - Anvers, vers 1637/38

La danse de noces en plein air

Huile sur panneau, deux planches, parqueté

Signé et daté 'BREVGHEL. 1624.' en bas à gauche

(Fente horizontale en partie supérieure, signature partiellement effacée)

'THE WEDDING DANCE', OIL ON PANEL, CRADLED, SIGNED AND DATED, BY P. BRUEGHEL THE YOUNGER

h: 37,50 w: 52 cm

Provenance : Conservé dans la famille des actuels propriétaires depuis le début du XXe siècle

Commentaire : Cette dance de noces en plein air constitue la quintessence de l'art flamand.

Reproduite à l'infini sur divers supports, elle s'offre à nous aujourd'hui dans l'une de ses meilleures versions autographes de Pieter II Brueghel.

La cruelle actualité relative à la probable vente de quelques chefs-d'œuvre du musée de Detroit aux Etats-Unis a placé sous les feux de l'actualité. 'La Danse de noces' de Pieter I Brueghel, la supposée version originale (1) estimée aujourd'hui entre 100 et 200 millions de dollars par une maison de vente anglo-saxone, celle dont s'inspira son fils Pieter II pour réaliser plusieurs versions du même sujet dont celle que nous présentons aujourd'hui.

Sur une place arborée se déroulent les réjouissances d'une noce villageoise. Les couples dansent et chacun se divertit et boit à l'envi, tous s'amusent, dans l'ivresse et au rythme de la cornemuse. Seul un homme portant un manteau sombre, les bras croisés dans le dos au pied de l'arbre de gauche, semble ne pas adopter l'humeur propre à cet heureux événement. A droite de la composition, jusque dans les sous-bois, l'on distingue un couple en train de danser et qui ne semble pas se soucier de la femme qui se soulage juste de l'autre côté de l'arbre.

La mariée occupe la place centrale, entourée de ses invités qui semblent captivés par l'assiette posée devant elle sur la table. Tous les regards se dirigent vers l'assiette, scrutant le nombre de pièces de monnaie que reçoit la mariée. Comme dépassée par les événements, elle se tient droite et son regard vide semble un peu niais. Sommée d'une couronne de circonstance, elle paraît gênée dans sa corpulence par l'assemblée qui la serre.

Notre panneau daté de 1624 s'intègre dans un corpus de plus de trente versions signées et datées entre 1607 et 1626 par l'artiste et répertoriées tant par Georges Marlier (2) que par Klaus Ertz (3). Les deux plus anciennes, datées de 1607, sont actuellement conservées au musée royal des Beaux-Arts de Bruxelles et à la Walters Art Gallery de Baltimore.

Une très grande partie de la production de Pieter le Jeune s'inspire des iconographies établies par son père. Si aucun original exact en dessin ou en tableau n'est connu, la composition du père nous est parvenue grâce à la gravure de Pieter van der Heyden, publiée par Hyeronymus Cock (fig.1). Jan Breughel l'ancien, frère de Pieter le jeune, reprit aussi la composition de son père en reproduisant le sujet dans le sens de la gravure de van der Heyden (4). Néanmoins la plupart des versions connues de ce sujet reproduisent - à l'instar de notre panneau - la gravure " en miroir ", c'est-à-dire en sens inverse. Dès lors il convient de se poser la question d'un exact original du père perdu que le fils aurait simplement reproduit dans le même sens. Nous avons en effet de la peine à imaginer le fils se compliquant la tâche au point de reproduire une gravure en en inversant la composition…

Afin d'obtenir une composition un peu plus étroite et relativement plus élevée, le deuxième arbre à droite du joueur de cornemuse fut souvent supprimé. Tel est le cas dans les deux versions datées de 1607. Le grand avantage de notre version - bien que plus tardive - est d'élargir la composition, de lui donner plus d'espace grâce à ce tronc d'arbre tortueux qui amène le regard vers le fond du tableau où deux détails savoureux attendent notre œil : une femme en train d'uriner et un couple dansant loin des regards de l'assemblée.

1 - Depuis 2007 cette version est considérée comme peinte par Pieter Brueghel l'Ancien ; voir M. Snellink, 'Brueghel : The Complete Paintings, Drawings and Prints', London, 2007, n°151.

2- Georges Marlier, 'Pierre Brueghel le Jeune', Bruxelles, 1969, p. 183-204

3 - Klaus Ertz, 'Pieter Brueghel der Jüngere (1564-1637/38). Die Gemälde'. Mit kritischem Oeuvrekatalog, Lingen, 2000, vol. 2, p. 722-736.

4 - 'Jan Brueghel l'ancien, 'La danse de noces en plein air', 40 x 50 cm, Bordeaux, musée des Beaux-Arts, pour la version la plus connue.

Fig. 1, Gravure par Pieter van der Heyden, d'après Pieter Brueghel l'Ancien

Nous remercions le Dr. Klaus Ertz de nous avoir confirmé l'authenticité de cette oeuvre après un examen de visu. Un certificat en date du 15 janvier 2014 sera remis à l'acquéreur.
Pieter Ii Brueghel - Le Paiement De La Dîme

Pieter Ii Brueghel - Le Paiement De La Dîme

Original 1615
Estimation:

Prix :

Prix Brut
Numéro de lot: 40
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
Pieter Brueghel le Jeune

Bruxelles, 1564 - Anvers, 1637/38

Le paiement de la dîme

Huile sur panneau, parqueté

Signé et daté 'P. BRVEGHEL 1615.' en bas à gauche

'THE PAYMENT OF TITHES', OIL ON PANEL, SIGNED AND DATED, BY P. BRUEGHEL THE YOUNGER

h: 74 w: 123 cm

Provenance : Acquis en 1937 auprès de la galerie Guy Stein, Paris, par Monsieur Dubsky pour 18.000 frs ;

Ancienne collection de Monsieur Dubsky, Paris ;

Ancienne collection Jacques de Mons, Paris ;

Acquis auprès de ce dernier en 1982 pour 1 400 000 frs ;

Collection particulière, Paris

Bibliographie : Georges Marlier, 'Pierre Brueghel le Jeune', Bruxelles, 1969, p. 439, n° 33

Klaus Ertz, 'Pieter Brueghel der Jüngere (1564-1637/38). Die Gemälde mit kritischem Oeuvrekatalog', Lingen, 1988/2000, t. I, p. 488, fig. 367, p. 501, n° E 489

Commentaire : Dans un état de conservation exceptionnel, le 'Paiement de la dîme' que nous présentons est à ce jour répertorié comme l'exemplaire le plus ancien de ce célèbre sujet. En effet, parmi les versions répertoriées dans le catalogue raisonné de Klaus Ertz1 ainsi que celles présentées après 2000 sur le marché de l'art, aucune n'est antérieure à la nôtre, datée de 1615.

Notre tableau présente également une caractéristique particulièrement intéressante : l'on sait que l'artiste change l'orthographe de sa signature vers 1616. Signant d'abord 'BRVEGHEL' il signera ensuite 'BREVGHEL'2. Notre panneau, exceptionnel à plus d'un titre, est ainsi unique au sein des exemplaires du 'Paiement de la dîme' puisqu'il s'agit du seul signé 'BRVEGHEL'.

Cette composition connut un tel succès du vivant de Pieter Brueghel qu'il la multiplia, réalisant lui-même certaines versions et en confiant d'autres aux membres de son atelier. Il en subsisterait aujourd'hui dix-neuf exemplaires signés et datés, tous entre 1615 et 1630. Vers 1620, un double changement intervient dans la composition : la chemise du personnage à l'extrême gauche devient rouge et le mur, jusqu'ici entièrement recouvert de cordes sous la fenêtre, s'orne d'un rideau de couleur sombre. Nous retrouvons ces compositions sous deux formats : le plus grand d'environ 75 x 120 cm (c'est le cas de notre panneau) et le plus petit d'environ 55 x 90 cm.

En 1993, à l'occasion d'une exposition monographique au musée Bonnefanten de Maastricht, Jacqueline Folie émit pour la première fois l'idée selon laquelle Brueghel se serait inspiré d'un prototype français pour imaginer cette œuvre. Klaus Ertz a plus précisément proposé le nom du parisien Nicolas Baullery comme inventeur présumé de cette composition, comparant les vêtements de nos personnages à ceux d'une rustique 'Procession de mariage' de Baullery (vente anonyme ; Londres, Christie's, 7 juillet 2000, lot 152). Un almanach accroché sur le mur de droite porte en outre une inscription française, mais il s'agissait de la langue usuellement employée dans les professions juridiques et administratives des Flandres lorsque Brueghel y peignait. Il convient donc de nuancer cette hypothèse d'une influence française sur le peintre.

Nous connaissons Pieter II Brueghel comme un continuateur de l'œuvre de son père Pieter I dont il reprit de nombreuses fois les compositions telles 'L'Adoration des mages dans la neige', 'Le dénombrement de Bethléem' ou encore 'La trappe à oiseaux'. 'Le paiement de la dîme' présente cette particularité d'être une composition parfaitement originale du fils et à ce titre une œuvre particulièrement importante dans le corpus de Pieter II Brueghel.

Sujet satirique, 'Le paiement de la dîme' - également appelé 'L'avocat des paysans', 'L'avocat de village', 'Le percepteur d'impôts', 'L'avocat des mauvaises causes' ou 'L'étude de notaire' - est un thème de prédilection au XVIIe siècle et connaît un véritable engouement. Dans une salle en désordre, liasses de papiers et sacs de poste jonchent le sol. On distingue trois groupes de personnages. A l'entrée de la pièce, un homme passe avec hésitation la porte, tandis qu'un autre, un peu penaud, attend son tour, chapeau et documents à la main. Non loin d'eux un jeune clerc s'active à prendre des notes. Au centre se trouve un deuxième groupe de personnages formé par quatre hommes barbus et une femme fouillant dans son panier. Les hommes manifestement hésitants et anxieux regardent en direction du personnage le plus important de la composition. Ce dernier, assis derrière un bureau recouvert de papiers, porte un bonnet de docteur et une petite barbe pointue cachant un menton proéminent, clin d'œil au faciès des Habsbourg. Il est entouré de deux autres hommes qui constituent avec lui le troisième groupe : un clerc qui, à gauche, semble surveiller la salle du regard et de l'autre côté un paysan qui observe l'almanach.

Comme l'indique son titre traditionnel, le thème de cette œuvre a longtemps été rapproché du paiement des impôts. Mais en étudiant mieux les visages caricaturaux ainsi que le personnage principal, il apparaît que le véritable sujet du tableau est une vision satyrique du métier d'avocat. Les inventaires anversois du XVIIe siècle de plusieurs collections de tableaux nous aident à comprendre ce sujet : notre composition y est décrite sous le titre de " procureur ". D'autre part certaines gravures du XVIIe siècle reprennent le tableau de Pieter II Brueghel afin de diffuser des pamphlets sur les avocats. Citons notamment un tract de Paulus Fürst qui légende ainsi la scène : " Le beau-parleur prend l'argent, le beurre, les poulets et les canards et laisse souvent le paysan avec son chapeau vide dans les mains. Qui préfère cependant la justice à la soupe grasse, donne ce qu'il doit aux nécessités de la loi " (fig.1).

Sa diffusion par la gravure renforça encore la postérité de cette composition. On la retrouve par exemple quelques décennies plus tard sous le pinceau de Jan van Kessel l'Ancien, qui en a augmenté la portée satyrique en remplaçant les personnages par des singes (fig. 2. Vente anonyme ; New York, Sotheby's, 1996).

1. Klaus Ertz, 'op. cit'., 2000, n° E489 à E575

2. Klaus Ertz, in cat. exp., 'Pieter Breughel le Jeune - Jan Brueghel l'Ancien. Une famille de peintres flamands vers 1600', Anvers, 1998, p. 19


Pieter Ii Brueghel - La Trappe Aux Oiseaux

Pieter Ii Brueghel - La Trappe Aux Oiseaux

Original
Estimation:

Prix :

Prix Brut
Numéro de lot: 13
D'autres OEUVRES aux enchères
Description:
LOT 13 COLLECTION D'UNE GRANDE FAMILLE EUROPÉENNE
PIETER BRUEGHEL LE JEUNE

BRUXELLES 1564 - 1637/8 ANVERS
LA TRAPPE AUX OISEAUX
PIETER BRUEGHEL THE YOUNGER ; THE BIRDTRAP ; OIL ON PANEL, UNFRAMED
Huile sur panneau, agrandi d'une bande d'un centimètre dans la partie basse, sans cadre
39,4 x 57 cm ; 15 1/2 by 22 1/2 in
Arcadja Logo
Ventes aux enchères
Artistes
Maisons de Ventes
Calendrier
Services
Abonnement
Publicité
Sponsored Auctions
Abonnement

Arcadja
Notre Produit
Follow Arcadja on Facebook
Follow Arcadja on Twitter
Follow Arcadja on Google+
Follow Arcadja on Pinterest
Follow Arcadja on Tumblr